Auteur : Sandy Ruperti
Éditeur : Magic Mirror
Nombre de pages : 351
Catégories : Fantasy & Réécriture
Prix : 20,90€

Pourquoi ce livre ?
Pour le #flowersbookschallenge.
Pour le conte revisité (La Belle au Bois Dormant).
Pour lire un livre publié en 2024.

Chroniques

Un siècle s’est écoulé depuis que la princesse Thalissandra d’Adalindis s’est assoupie. Cent ans que le château où elle repose est isolé par un fleuve infranchissable et que personne ne sait ce qu’il s’est réellement passé ce jour terrible où la malédiction a frappé.
Il est désormais temps d’aller réveiller la belle endormie. Celle dont l’histoire tragique fascine tant Ariane. Les aspirants chevaliers de tout le royaume convoitent cette quête, et la couronne qu’elle promet. Mais c’est au prince Aleric de Combrailles qu’elle a été attribuée. Aleric qui préfère la botanique à l’art martial.
Ariane, sa petite soeur insomniaque, s’apprête à lui dire au revoir quand elle se retrouve malgré elle emportée par le tourbillon de cette course folle. Parce que si Aleric a été désigné, sa réputation de bon à rien notoire le précède et rien n’empêche les autres de tenter leur chance : c’est à qui atteindra la chambre de Thalissandra en premier.
Une princesse qui ne dort pas assez et une qui dort depuis trop longtemps, un Mal Né opportuniste au sourire charmeur, un prince pétri par son incompétence et son écuyer aussi arrogant que mystérieux… Tous sont en route pour le palais en ruine sur son île désolée. Qui parviendra à briser la malédiction ? Et surtout, qui pourra comprendre ce qui s’est joué entre ces murs froid avant qu’il ne soit trop tard ?

J’ai beaucoup aimé cette réécriture de La Belle au Bois Dormant… principalement parce que ce livre n’est pas que ça ! De nombreux contes s’entremêlent dans ce roman, de même que plusieurs thématiques telles que la liberté, le consentement et le féminisme.

L’histoire :
Celle d’une princesse endormie.
L’histoire d’une quête pour devenir chevalier.
Une histoire de magie, de fée… et de sommeil.

Les personnages :
Aleric de Combrailles est fils de duc, mais également un aspirant chevalier à qui a été confié la plus grande des quêtes : celle de réveiller la princesse endormie. Ce faisant, il l’épousera, deviendra roi et règnera sur le royaume enfin réuni. Tel est le destin qui a été tracé pour lui par Arenwald, une académie d’où il est sorti complètement changé. Car cet amateur de botanique, ce frère aimant, est devenu un jeune homme froid qui se plie aux règles.
Ariane de Combrailles est la jeune sœur d’Aleric. Insomniaque, elle adore lire et se déguiser pour échapper à sa condition. Son avenir à elle étant d’épouser le meilleur parti dès lors qu’elle sera en mesure d’enfanter. Cela ne la réjouit pas une seconde et, bien que conditionnée depuis sa naissance, elle se sent enfin prête à changer son destin… avec un peu d’aide bien sûr ! Car elle n’est pas une héroïne…
Oswald est l’écuyer d’Aleric. Tout aussi froid que le chevalier en devenir, il lui est pourtant d’une grande aide. Mais il n’est fidèle qu’à lui et à Arenwald. Le reste ne semble pas avoir pour lui la moindre importance.
Thalissandra d’Adalindis est une princesse que l’on dit d’une grande beauté. Lors de son baptême, les fées se sont penché sur son berceau, lui accordant de merveilleux dons… Mais une fée qui n’avait pas été conviée a maudit la princesse, la condamnant à mourir à ses 16 ans. Heureusement, une dernière fée-maraine devait faire un don, mais elle ne put qu’alléger la malédiction, condamnant tout de même la princesse à un sommeil de cent ans qui commencerait à son seizième anniversaire.

La plume de l’autrice :
Dans un récit au passé et à la troisième personne, Sandy Ruperti nous invite à suivre les aventures d’une anti-héroïne. En effet, Ariane n’est pas le chevalier censé réveiller la princesse. Elle n’est pas non plus une jeune femme téméraire qui prend sa vie en main. Et pourtant… au fil des pages, la jeune fille va se transformer, réfléchir sur sa condition, celle de la princesse endormie et de ceux qui l’entoure.
Au-delà de l’évolution de ce personnage et des thématiques qu’elle aborde (liberté et consentement entre autres), ce sont les contes qui sont mis en avant dans ce roman. Celui qui est revisité, bien sûr, et qui n’est vécu par aucun des “héros” du conte original (ou même des contes originaux), mais aussi de nombreux autres. On retrouve donc ici le merveilleux, le lugubre, la magie ainsi qu’une morale.

Une très belle revisite. Des personnages qui ne sont pas ceux que l’on attend.

L’histoire : 4/5     Les personnages : 4,5/5     L’écriture : 4/5     Mon appréciation : 4,5/5

Total : 17/20

Je vous invite à lire